Actu Colombie

Toutes les explications sur les Manifestations dans le pays

Depuis fin novembre, la Colombie connaît des mouvements sociaux. Afin d’avoir toutes les clés en main pour répondre au mieux à vos questions , voici toutes les explications sur ces manifestations.

Que se passe-t-il en Colombie?

Le 21 novembre dernier, les syndicats ont appelé à une Grève Nationale pour manifester contre les mesures du gouvernement. Celui-ci souhaite flexibiliser le  marché du travail et reculer l’âge de la retraite. Cette marche a rassemblé, selon les organisateurs, un million de personnes dans tout le pays, qui compte 50 millions d’habitants. Etudiants, leaders indigènes, représentants sociaux, artistes, organisations de défense de l’environnement sont descendus dans la rue pour manifester leur mécontentement envers leur gouvernement. Ils réclament, entre autres, la bonne application des accords de paix, le respect des territoires indigènes et la protection de l’environnement. Cette journée s’est déroulée globalement dans le calme, avec quelques accrocs en fin de journée, dans les quartiers défavorisés de Bogota ou Cali.

Depuis ce jour, les rassemblements continuent, notamment dans les grandes villes. Ils prennent forme de grandes fêtes, avec musique, danses et chants traditionnels. Pour la première fois de son histoire, la Colombie connaît des concerts de casseroles “cacerolazos” – spectacle festif et pacifique.

Le 4 décembre, une marche de grande ampleur a eu lieu, sans violence et sans incidents à reporter. Le 8 décembre un grand concert a été organisé par les artistes les plus influents de Colombie pour montrer leur soutien au mouvement. Cette mobilisation citoyenne ne peut donc pas s’apparenter avec les événements du Chili ou de la Bolivie, ni sur le fond des revendications, ni sur la forme des protestations.

Et la sécurité ?

Il y a des décennies, le conflit interne opposait l’armée colombienne aux groupes armés comme la guerrilla ou les FARCs. Cependant, depuis plusieurs dizaines d’années, le calme est revenu en Colombie. La volonté de la population de tourner cette page de leur histoire a été renforcé par les accords de paix en 2016. On ne peut donc pas parler de guerre civile. Au contraire, la population est unie pour protester contre le président qui pâtit d’un taux de 70% d’impopularité. Ces manifestations sont donc pacifiques, et à l’image des colombiens : joyeuses ! Les concerts de casseroles sont menés par les citoyens de tout âge, notamment le soir, en rentrant chez soi après le travail – on en a même vu en pijama ! Il n’y a pas de black blocs ou autres groupes violents lors des rassemblements.

Alors, est-ce que l’on peut voyager en Colombie ? 

Oui, bien sûr!
L’activité touristique est très peu touchée par la mobilisation. Quelques routes ont été perturbées à l’abord des grandes villes (Bogota et Medellin), mais nos voyageurs s’y rendent principalement en avion et y séjournent rarement plus d’une journée. La route Cali/Popayán a été bloquée le 22 novembre, mais l’infrastructure routière offrant d’autres alternatives, les voyageurs ont pu se rendre aux sites d’intérêts. Le 21 novembre, certains vols ont été retardé ou annulé, mais rien à signaler depuis. Nous avançons chaque transfert aéroport pour que nos voyageurs y arrivent en toute tranquillité. Pour nos voyageurs, il s’agit de la seule conséquence de cette mobilisation citoyenne! Nous n’avons recensé aucune autre irrégularité dans le reste du pays, très calme.

A quoi peut-on s’attendre pour la suite?

En l’absence de propositions satisfaisantes du gouvernement, nous supposons que la mobilisation citoyenne va continuer jusqu’aux fêtes de Noël. Le dialogue social et la négociation d’accords sociaux détermineront la suite des événements en 2020. Si jamais la mobilisation se poursuit, il faut savoir que les jours de grèves sont définis à l’avance, ce qui nous permet d’anticiper les perturbations pour nos voyageurs présents à ces dates la dans les grandes villes.

Pour conclure sur la situation :

  • Les rassemblements sont festifs et pacifiques. Il n’y a pas de présence de groupes extrêmes ou d’incidents violents, comme ce que l’on peut voir en France à certaines occasions.
  • Les visites et activités sont assurées dans tout le payspour nos voyageurs. L’opération touristique n’est pas du tout affectée, sauf les jours de marche dans les grandes villes. Ces jours-ci, les transferts aéroports ont lieu plus tôt.
  • Le mouvement entraîne très peu de perturbations au niveau des transports : rien à avoir avec les jours de grandes mobilisation françaises !

Notre agence locale est attentive à l’évolution du mouvement sur place et nous vous tiendrons informés.

Toute notre agence locale reste à votre disposition pour répondre à vos interrogations, n’hésitez pas à nous contacter.